Comment j’ai gagné mes premiers euros (sur Internet) avec les textes de vente

Il y a quelques années, feu Christian Godefroy a organisé un concours pour trouver un collaborateur pour l’aider à faire ses textes de vente.

Bien sûr, résident dans un pays lointain, je n’ai eu vent du concours que par e-mail. Il s’agissait de trouver des « puces-promesses » à partir d’un livre que Christian fournissait.

(Les puces-promesses sont des phrases utilisées pour vendre un livre, fournissant des arguments ou même des extraits tirés du livre, mais « arrangés » pour attirer la curiosité du prospect).

Cela tombait bien aussi, puisque je venais juste d’acheter la méthode « Comment écrire une lettre qui vend », et je débutais dans le copywriting. Encore sans expérience dans le domaine, je voulais juste tenter le concours de Christian sans de grandes ambitions en tête.

Quelques jours plus tard, à ma grande surprise, un e-mail de Christian est arrivé annonçant que j’ai gagné le concours ! Le soir même, Christian m’a également téléphoné pour m’annoncer lui-même la nouvelle et parler de notre future collaboration.

C’est ainsi que j’ai aussi gagné (une partie de) mes premiers euros sur Internet et dans le domaine du copywriting. En effet, pour chaque puce-promesse trouvée (et acceptée par Christian), le gagnant était rémunéré 1 euro.

J’ai fait environ 400 puces-promesses, si bien que le concours m’a apporté donc un prix avoisinant les 400 euros. Un montant qui pour moi était un petit pactole à l’époque, et qui rentabilisait déjà mon achat de « Comment écrire une lettre qui vend » (acheté 97 euros !).

On pourrait croire que j’ai un talent inné pour avoir gagné le concours avec aucune expérience en copywriting, mais en fait je ne crois pas que c’est cela.

Pour réussir dans le copywriting, je pense qu’il faut tout d’abord de la passion, ou plus simplement juste aimer vendre. L’expérience aide, et aide énormément, mais c’est vraiment la passion qui est l’essence, le carburant qui vous fait avancer.

Sur Internet, le copywriting est une partie très importante d’un business. Sans des textes vendeur, ce sont des profits qui s’envolent, même avec le meilleur produit ou service qui soit.

Mais on ne s’improvise pas copywriter. Comme l’a dit encore feu Christian Godefroy : « le copywriting, c’est 1% d’inspiration et 99% de transpiration ». Ce qui veut dire que c’est le travail qui paie, même si l’inspiration est utile.

Je pense ausssi qu’une personne qui débute dans le copywriting mais qui évolue assez vite a les meilleures chances de générer rapidement un gros revenu sur Internet. Les sites web qui ont besoin de textes de vente abondent, même si beaucoup d’entreprenautes n’en ont pas encore conscience.

Beaucoup diront peut-être que devenir un bon copywriter n’est pas à la portée de tout le monde, mais je dirais que n’importe qui qui soit suffisamment intéressé et motivé peut réussir. Il est certainement impossible de devenir l’égal des meilleurs du jour au lendemain, mais avec les bons outils, les bons enseignements, l’expérience et la passion, la réussite est toujours à portée de main.

Cet article participe à l’évènement “Comment j’ai gagné mes premiers euros sur Internet et comment vous pouvez le faire aussi” du blog Blogueur Pro. J’apprécie beaucoup ce blog, et en fait mon article préféré est celui-ci.

Aimez et partagez cet article :